Indy Lights : dans la course avec Tom Wieringa

Je vous propose aujourd’hui un billet un peu particulier. Nous allons nous immerger avec Tom Wieringa dans l’ambiance des Firestine Freedom 100 (les 100 miles d’Indianapolis) en Indy Lights (qui est à l’IndyCar ce que le GP2 est à la F1). La course a eu lieu la veille des 500 miles.

Un rookie de 55 ans !

Tom Wieringa a un parcours atypique. Cet homme, qui va bientôt fêter ses 56 ans a en tête de battre un drôle de record, celui du plus vieux débutant aux 500 miles d’Indianapolis ! Il a malheureusement échoué dans sa chasse aux sponsors cette année mais jure qu’on le reverra l’an prochain. En attendant, il s’est prêté au jeu en Indy Lights, discipline dans laquelle il court régulièrement depuis trois saisons maintenant.

Tom n’a rien d’un foudre de guerre. Il faut dire qu’il a commencé la course automobile, très tard, à 40 ans passés. Tout a commencé pour lui à la Skip Barber Racing School en 1996. Ensuite, au gré des sponsors, il a commencé à se faire un petit nom. Bien que fortement impliqué, Wieringa peut être qualifié de gentleman driver.

Une course pas comme les autres

C’est grâce à mon cher ami Greg Engelsman, invité de Tom à l’IMS, que je vous propose cette plongée dans la vie d’un pilote de course sur le circuit le plus excitant du monde.

La course, qui devait avoir lieu le vendredi s’est finalement déroulée le samedi 24 mai, la faute à la pluie. Résultat pour Tom : 22ème. Notez que le numéro 55 lui a été attribué rapport à son… âge.

Quelques commentaires de Tom, après la course : “Je voudrais remercier mes fans, mes amis et tous mes sponsors pour avoir fait de cette édition une expérience mémorable ! Je remercie aussi tout particulièrement l’équipe Guthrie et mes deux spotters, mon fils Dave Wieringa et mon ami Scott Yancey.

J’ai pris un bon départ mais Arie (Luyendyk Jr) a rapidement déversé de l’huile sur la piste, ce qui a rendu m’a empêcher de bien voir devant moi. Comme lors des essais, les pneus se sont ensuite rapidement dégradés, après 15 tours seulement. En entrant dans le Turn 1 j’ai même lèché le mur à 193 mph (311 km/h !) dans le turn one. Ça a quand même un peu abimer la voiture mais j’ai pu poursuivre jusqu’au bout de la course.

Conduire sur ce circuit historique est vraiment une expérience géniale. C’est la troisième année que je concours ici et j’espère bien pas la dernière ! J’ai réussi à passer mes tests de rookie en octobre dernier dans l’espoir de concourir pour les 500 miles et j’espère bien réussir à me qualifier l’année prochaine et ainsi devenir le plus vieux rookie de tous les temps ! “

Pour finir,  voici quelques photos de Tom Wieringa au volant d’une IndyCar en vue de se qualifier pour les 500 Miles d’Indianapolis :

À lire absolument

Journaliste high-tech, automobile et rock n’ roll.
Actuellement rédacteur au sein du fil France de l’agence de presse Relaxnews.