L’homme de l’année en F1 ? Christian Horner !

Et si, plus que Sebastian Vettel, Mark Webber ou Adrian Newey, le véritable homme de l’année 2010 s’appelait Christian Horner ? Décrié pour avoir laissé s’entredéchirer en piste ses pilotes, le manager de Red Bull Racing peut aujourd’hui se féliciter d’avoir engrangé les deux titres mondiaux sans provoquer le moindre incident. Retour sur une success story.

La montée en puissance d’Horner suit celle de son équipe. Arrivé chez Red Bull Racing en 2005, il est de tous les succès et de toutes les déceptions aussi. Les arrivées successives du génial Adrian Newey, dont la première monoplace pour RBR a roulé en 2007, puis de Sebastian Vettel en 2009 mettent en place les fondations d’un tout nouveau top team. A sa tête Christian Horner fait front aux critiques et continue de bâtir.

L’année 2009 est riche en succès mais le plus important pour Red Bull et son manager est bien évidemment de confirmer. Or en 2010 l’écurie propose tout simplement la meilleure monoplace du plateau et voit ses deux pilotes se partager les poles et les victoires.

Ancien pilote lui-même (jusqu’en F3000), Horner a donc su garder la tête froide au moment de gérer les humeurs de ses pilotes, même si Vettel a toujours été le favori en interne.

« Vive le sport ! » pourrait donc être le nouveau credo de RBR. Si cela a bien voulu sourire en 2010, quid de 2011 ? Et puis que se serait-il passé dans la tête de Dieter Mateschitz si le titre pilote leur avait échappé ? Heureusement, on ne refait pas l’histoire…

A 37 ans, voilà Christian Horner presque aussi précoce dans son rôle que son pilote vedette, s’inscrivant ainsi en hériter d’un Ron Dennis, lui-même favorable, à tort ou à raison, à l’équité entre ses pilotes ?

À lire absolument…

© photos : Silverstone Circuits Limited

Journaliste high-tech, automobile et rock n’ roll.
Actuellement rédacteur au sein du fil France de l’agence de presse Relaxnews.