Le Top 10 des petits plaisirs incontournables à Nantes

Le Top 10 des petits plaisirs incontournables à Nantes

Il y a tant à voir, découvrir, écouter, goûter à Nantes. Alors si vous ne connaissez pas encore la Cité des Ducs, voici 10 incontournables pour un week-end, une semaine ou même la vie entière ! Découvrir Nantes du ciel depuis le Nid >>> Halte désormais incontournable, le Nid offre...
Souvenirs de Slash sur scène au Zénith de Paris

Souvenirs de Slash sur scène au Zénith de Paris

Il y a quelques jours, j’ai été voir Slash, son chanteur (Myles Kennedy) et son groupe (The Conspirators), jouer au Zénith de Paris. Ce fut merveilleux. C’était la deuxième fois que j’avais le bonheur d’aller voir le guitar hero sur scène, 10 ans après le concert de Velvet Revolver au...
Un peu de sport automobile au Mondial 2014

Un peu de sport automobile au Mondial 2014

Comme d’habitude, la place réservée au sport au Mondial de l’automobile de Paris 2014 est relativement discrète. Pourtant, en parcourant attentivement ses allées, vous pouvez y un certain nombre de bolides qui valent le coup d’oeil. Les trois voitures à ne surtout pas rater sont les principales engagées cette année...
Les plus belles hôtesses du Mondial 2014

Les plus belles hôtesses du Mondial 2014

Lorsque vous déambuler dans les allées du Mondial de l’automobile de Paris, il est impossible de passer outre les centaines d’hôtesses présentes sur tout le salon tant elles assurent le show et sont indissociables des modèles présentés. Lors de mon passage cette année, j’ai donc une fois de plus pu...
Un petit tour au Mondial 2014

Un petit tour au Mondial 2014

Je me suis rendu cette année à la première journée presse du Mondial de l’Automobile de Paris 2014, qui ouvre ses portes ce samedi 4 octobre, afin de découvrir les (nombreuses) nouveautés les plus marquantes du salon. N’étant envoyé sur place que le temps d’une journée, je ne vous cache...
Max Verstappen, un adolescent en F1 : coup de génie ou folie ?

Max Verstappen, un adolescent en F1 : coup de génie ou folie ?

Le néerlandais Max Verstappen fête ce mardi 30 septembre 2014 ses 17 ans. Vendredi, il participera pour la toute première fois à une séance d’essais officiels dans le cadre d’un Grand Prix, à Suzuka au Japon, à la place de Jean-Eric Vergne. Il a signé l’été dernier son premier contrat...
Pourquoi Netflix pourrait faire un flop en France

Pourquoi Netflix pourrait faire un flop en France

Netflix débarque en grande pompe en France le lundi 15 septembre 2014, fort d’un invraisemblable buzz et précédé d’une excellente réputation. Fort de près de 50 millions d’abonnés dans le monde (dont une majorité au États-Unis), Netflix va forcément bouleverser le paysage français de la vidéo à la demande, en...
David Coulthard : "Quand vous n’êtes plus pilote, vous n’aspirez qu’à une chose, redevenir fan"

David Coulthard : “Quand vous n’êtes plus pilote, vous n’aspirez qu’à une chose, redevenir fan”

Je vous invite à découvrir l’intégralité de mon interview avec David Coulthard, réalisé lors du dernier salon Rétromobile à Paris, en complément de mon article à paraître dans le prochain numéro d’Etoiles passion à la fin du mois de juin. Il retracera plus amplement la carrière de l’ancien pilote de...
F1 2014, suivez le guide !

F1 2014, suivez le guide !

Les essais hivernaux terminés, force est de constater que l’on n’y voit pas forcément plus clair à quelques jours de l’ouverture officielle de la 65ème saison du championnat du monde de Formule 1. Les équipes Mercedes et McLaren vont-elles dominer les débats ? Les Red Bull verront-elles seulement l’arrivée à...
Un petit tour à Rétromobile 2014

Un petit tour à Rétromobile 2014

Comme tous les ans à la même époque, je me suis rendu à Rétromobile, le rendez-vous incontournable des amateurs de vieilles bagnoles qui aiment venir admirer et toucher des modèles rares et (souvent) précieux, dénicher quelques antiquités (livres, miniatures, accessoires, pièce détachée…) ou simplement partager un verre entre copains. Je...
Toute la saison 2014 de F1 en 110 liens

Toute la saison 2014 de F1 en 110 liens

Alors que le 65ème championnat du monde de Formule 1 s’apprête à débuter, sur les chapeaux de roues, dans quelques semaines en Australie, il est grand temps de faire le ménage dans ses favoris. C’est pourquoi je vous ai concocté une petite sélection de pages incontournables, à suivre tout au...
"OK Glass" : j'ai testé Google Glass

“OK Glass” : j’ai testé Google Glass

Google Glass (au singulier !) est l’un des principaux projets actuellement mené par le “X Lab” de Mountain View en Californie, dirigé par Sergey Brin, aux côtés de la voiture autonome (Google Car) ou bien encore d’une possible connexion à Internet depuis des ballons lancés dans l’espace (Google Loon). C’est...
Jochen Mass : "Sauber-Mercedes, c'est la nostalgie de la jeunesse perdue"

Jochen Mass : “Sauber-Mercedes, c’est la nostalgie de la jeunesse perdue”

Ils sont 16 pilotes à pouvoir se targuer d’avoir remporté dans leur carrière au moins un Grand Prix de Formule 1 et une fois les 24 Heures du Mans. Parmi eux figure l’Allemand Jochen Mass, que j’ai eu le plaisir d’interviewer à l’occasion du rassemblement Le Mans Classic et dont...
Eiffel : "Foule monstre n'a rien d'expérimental, ça reste de la pop"

Eiffel : “Foule monstre n’a rien d’expérimental, ça reste de la pop”

C’est aujourd’hui que sort Foule monstre, le nouvel album d’Eiffel. Il y a quelques semaines, j’ai eu la possibilité de rencontrer Romain et Estelle Humeau afin  d’évoquer ce nouveau disque et la pré-tournée qui l’a précédée. Rendez-vous dans la cour intérieure de l’hôtel Alba Opéra pour une demi-heure d’interview. Un...
Quand Jean-Jacques Goldman chantait en anglais...

Quand Jean-Jacques Goldman chantait en anglais…

Le fait que Jean-Jacques Goldman chante en français est un accident. Adolescent il a en effet été bercé et largement influencé par des artistes anglo-saxons comme Bob Dylan, Aretha Franklin, Pink Floyd ou encore Status Quo. Jusqu’au jour où il entend… Léo Ferré ! Conséquence de ces influences, le jeune...
Le Grand Prix de Nantes de Formule Internationale 1946

Le Grand Prix de Nantes de Formule Internationale 1946

Parmi les très nombreux Grands Prix automobiles organisés en France immédiatement après la guerre, il en est un méconnu et qui m’interpelle plus que les autres : le GP de Nantes, disputé le dimanche 28 juillet 1946. Il y a très longtemps, j’avais été me documenter à la médiathèque de...

J’ai eu le privilège d’assister à une projection presse de Senna (pompeusement sous-titré Sans peur, sans limite, sans égal), le documentaire consacré au triple champion du monde de Formule 1 et primé cette année au Festival de Sundance. Si le film rend parfaitement hommage tant à l’homme qu’au champion, le puriste que je suis regrette que l’histoire soit trop scénarisée, tantôt tronquée tantôt arrangée, et que le parti pris du départ tourne parfois à la mauvaise foi. A voir donc, mais avec certaines réserves.

La course était sa vie

Le documentaire s’adresse autant au grand public, admiratif du champion voire de “l’icône” Ayrton Senna, qu’aux fans de F1, nostalgiques et inconsolables de la perte de leur champion. Je m’inscris bien évidemment dans la seconde catégorie, ce qui biaise forcément mon jugement, qui pourra paraitre pour certains un peu sévère. Je m’étonne d’ailleurs que le film fasse pour le moment l’unanimité dans le milieu car il y a bien des choses à écrire dessus. Mais commençons par le début : pourquoi faire un documentaire sur Ayrton Senna en 2011 ?

Depuis sa mort il y a maintenant 17 ans, de nombreux documentaires ont été réalisés sur le pilote brésilien. Ainsi, un double DVD (que je vous conseille vivement) est sorti il y a quelques années regroupant les films La course dans le sang, Le droit de gagner et Ayrton Senna au Brésil. A mon sens il était impossible d’en montrer davantage, des images intimes prises lors des pauses hivernales aux premiers tests en F1 de Senna pour Williams en 1983. Et c’est pourtant le pari d’Asif Kapadia, le réalisateur de Senna. Dès lors, beaucoup ont fantasmé sur le film à l’annonce de sa sortie imminente.

Réalisé en collaboration directe avec la famille du pilote disparu, nous étions en droit d’en attendre des images inédites, sans pour autant parler de révélations bien sûr. Et bien, sans surprise, il n’y a rien (ou en tout cas pas grand chose) de neuf. D’où cette question : quel est l’intérêt d’un tel documentaire sinon la symbolique de le sortir sur grand écran ?

Revivre la guerre Prost/Senna

Dans le film, une immense place est bien entendu accordée au duel entre Senna et Prost qui à l’époque a déchainé les passions. Des relations qui se détériorent entre les deux équipiers tout au long de la saison 1989 à l’accrochage de Suzuka la même année, Alain Prost n’est pas épargné et passe franchement pour un beau salaud bien aidé dans ses “manœuvres” par Jean-Marie Balestre. Mon but n’est certainement pas ici de relancer la polémique mais plutôt de m’interroger sur la démarche du réalisateur qui “charge” Prost sans même expliquer le pourquoi du comment de cette brouille entre les deux pilotes qui a commencé au GP de Saint-Marin 1989. Toujours au sujet de Suzuka, les images des principaux protagonistes (Ayrton Senna, Alain Prost, Ron Dennis, Jean-Marie Balestre, Roland Bruynseraede) de ce drame réunis en huis clos après la course sont parmi les moments forts du film.

Le film prend donc le parti d’Ayrton Senna, tout au long de ce conflit, jusqu’au black-out total sur les révélations du Brésilien qui avouera a posteriori avoir sorti volontairement la Ferrari d’Alain Prost au départ du GP du Japon 1990, pour se faire justice face à tout ce qui s’était passé un an plus tôt. A aucun moment cela n’est précisé, le Brésilien apparaissant ici constamment en victime.

Inutile donc de préciser qu’à travers ce documentaire Senna était le plus grand, le plus doué et le plus fort de tous et que ses rivaux ne devaient leurs succès qu’à coups de basses manœuvres politiques ou d’électronique embarquée. C’est de bonne guerre me direz-vous, le film se voulant un hommage, mais deux ou trois petites précisions n’auraient certainement pas nui à son image. Tout cela échappera de toute manière au grand public, s’il répond toutefois présent dans les salles.

Des images et des souvenirs toujours émouvants

Mais loin de moi l’idée de dévaloriser tout le travail accompli. Ainsi, au chapitre des images rares qui m’ont fait plaisir, citons les meetings des pilotes d’avant course au Japon en 1990 ou en Allemagne en 1991 ou bien encore l’arrivée du GP du Brésil de cette même année lorsque Senna, les épaules meurtries, sert son père dans les bras. Et puis, séquence émotion aussi lorsque l’on aperçoit Roland Ratzenberger dans le paddock, mais là c’est une autre histoire…

D’autres images sont plus savoureuses, comme celles de cette émission de télévision où Ayrton Senna est l’invité de Xuxa, une charmante animatrice dont il est alors… le petit ami ! On s’amuse aussi de la fameuse interview avec Jackie Stewart où le Brésilien n’accepte pas la critique de son ainé.

Dernier problème et non des moindres : le film propose relativement peu d’images de course. Or les rares présentées sont de piètre qualité ! Là-encore le choix des images prend le parti de montrer Ayrton Senna (très) à son avantage. Ainsi sa saison 1984 se résume au seul GP de Monaco et sa période de trois ans chez Lotus à sa première victoire en F1 au GP du Portugal en 1985. Même s’il convient de faire des raccourcis pour traiter d’une carrière aussi riche en moins de deux heures, c’est franchement exagéré.

Un casting pas très convaincant

Côté témoignages, Pierre Van Vliet ou John Bisignano sont bien gentils mais ils n’apportent strictement rien au film. Pourquoi ne pas avoir contacté des pilotes proches de Senna comme Thierry Boutsen ou Gerhard Berger (je ne parle même pas d’Alain Prost qui tient manifestement le mauvais rôle dans le film) ou d’autres personnages dont le témoignage aurait pu apporter une valeur ajoutée comme Julian Jakobi ou Mansour Ojjeh ?

Signalons qu’en revanche c’est une très bonne idée d’avoir décidé d’incruster tous ces témoignages en voix off, ce qui ne dénature pas le récit et permet de profiter pleinement des images d’archives. Les témoins les plus intéressants et légitimes demeurent à ce titre Ron Dennis et Sid Watkins.

Senna, à voir quand même !

Malgré toutes ces réserves, et si à titre personnel je n’ai pas été franchement convaincu par le film, je vous conseille quand même d’aller voir Senna pour la bonne et simple raison qu’il fourmille d’images émouvantes et spectaculaire d’un champion hors-norme et qu’il permet également d’admirer (trop peu et malgré une image souvent dégueulasse) des F1 sur grand écran.

A voir donc si vous souhaitez en savoir plus sur Ayrton Senna, surtout si vous n’avez pas connu cette époque. Mais ceux qui comme moi ont vécu de manière très forte tous ces évènements à l’époque ressortiront forcément un peu frustrés car ils n’y trouveront rien ni de nouveau ni de très excitant. Sinon évidemment le plaisir de replonger 20 ans en arrière. Et rien que pour ça, le film vaut tout de même la peine que l’on s’y attarde…

Découvrez la bande-annonce du film :

Senna / documentaire d’Asif Kapadia / sortie le 25 mai.

À lire absolument…

© photos : Karin Sturn (1 et 7), Angelo Orsi (2) et Norio Koike (4, 5 et 6)

Article précédentPeter Windsor : "Écrire sur la F1, c'est de la passion et beaucoup de travail" Article suivantQuand la musique de Jean-Jacques Goldman est bonne, bonne, bonne

Qu'en pensez-vous ?

Nom obligatoire

Site Web