Jenson Button doit-il ou non avoir des enfants ?

Maintenant que la saison de F1 est terminée, si nous parlions de choses sérieuses ? Flash-back : au début de l’année, Jenson Button a réfuté toute idée d’avoir un enfant avec sa compagne Jessica Michibata, tant qu’il serait pilote de Formule 1 dans un entretien au Sunday Express : « Si tu commences à avoir peur de pousser la voiture à la limite, tu n’as plus qu’à arrêter. C’est l’une des raisons pour lesquelles je ne souhaite pas avoir d’enfant tant que je cours. Cela ne vaut pas le coup car je n’aurai pas beaucoup de temps à leur consacrer ». Il relance alors l’éternel débat sur la supposée incompatibilité entre paternité et compétitivité d’un pilote sur la piste.

Seulement 5 pilotes pères de famille sur 24 au départ

La F1 est en perpétuel changement. Sauf erreur de ma part, des 24 pilotes sur la grille au Brésil le week-end dernier, quatre seulement ont des enfants. Force est de constater qu’au fil des générations les trentenaires matures et pères de famille ont laissé aujourd’hui la place à des post-ados. Des pilotes comme Jaime Alguersuari, Sebastian Vettel ou Nico Rosberg n’avaient pas 20 ans quant ils se sont retrouvés au volant de ces bolides ! A de rares exceptions, elle est donc bien loin l’époque des pilotes qui parcouraient le paddock avec femme(s) et enfant(s).

Des cinq champions du monde en piste cette saison, un seul est papa :Michael Schumacher . Les mauvaises langues diront que c’est aussi le plus lent… Se pose alors l’éternelle question de savoir si devenir père fait perdre une demi-seconde au tour, légende à mon avis éculée depuis longtemps.

Les exemples de champions à leur apogée, pères et champions du monde, ne manquent pas à l’image de Michael Schumacher précisément, mais aussi de Alain Prost, Nigel Mansell, Nelson Piquet (sic) ou encore Damon Hill pour ne parler que des plus récents. Je n’ai d’ailleurs pas le souvenir d’un pilote raccrochant son casque à la naissance d’un enfant.

Trêve de bavardage. Jenson peut bien faire un bébé avec Jessica, cela ne devrait pas le rendre moins compétitif au volant d’une voiture de course. D’autant que le bonhomme a le don de s’améliorer avec les années et que sa belle lui porte bonheur depuis qu’ils sont ensemble. En puis les statistiques montrent qu’un fils de champion a de fortes probabilité de se lancer à son tour dans le sport auto avec plus (Hill, Villeneuve) ou moins (Lauda, Mansell) de succès. A bon entendeur…

À lire absolument…

© photo : Johnny Vulkan

Journaliste high-tech, automobile et rock n’ roll.
Actuellement rédacteur au sein du fil France de l’agence de presse Relaxnews.

Si vous aimez cet article, partagez-le…
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn