Canal+ remporte les droits de la F1 en France, exit (enfin !) TF1

La nouvelle est donc tombée ce matin dans L’Equipe : c’est le groupe Canal+ qui obtient pour la France les droits de diffusion du championnat du monde de F1, pour au moins trois ans. Au détriment donc de TF1, qui diffusait sur son antenne les Grand Prix depuis 1992. L’intégralité des course est pour l’instant annoncée sur Canal+, ainsi qu’un magazine dédiée (en clair) les jours de course. Je me réjouis bien évidemment de ce bouleversement puisqu’après 20 longues années d’incompétence et de suffisance crasse, TF1 est enfin privée de F1. Reste maintenant à peser le pour et le contre de laisser ces mêmes droits à Canal+.

La F1 payante

Le tournant majeur lié à cette décision d’accorder les droits de la F1 à Canal+ c’est que la discipline devient désormais payante. Si ça n’est pas la première fois que Canal+ diffuse des Grand Prix (cela a déjà été le cas, occasionnellement, à la fin des années 80), c’est en revanche une première pour une saison entière. Les fans de F1 vont donc devoir payer, beaucoup, pour continuer à jouir de leur sport préféré, en direct, à la télévision. Comptez 39,90€/mois pour l’offre Canal+ et ses chaines associées. Diverses tarifications peuvent ensuite être élaborées selon le type d’abonnement choisi et/ou la box dont vous disposez. Quoi qu’il en soit, c’est cher. Très cher !

Nonobstant la question financière, le téléspectateur sera forcément gagnant au moins sur un point : l’absence de publicité durant les épreuves. Attention toutefois à une éventuelle concurrence du football avec les courses se déroulant le dimanche soir. Si l’habillage global et la qualité des retransmissions devraient être au rendez-vous, dans la pure lignée de ce que sait proposer la chaine dans d’autres disciplines sportives, quid des commentateurs à venir ? Hormis le nom de l’insupportable (mais passionné) Alexandre Delperier, qui circule avec insistance, rien d’encore véritablement concret n’est sorti au moment où j’écris ces lignes, même s’il est fort probable que Jean-Louis Moncet a déjà fait acte de candidature, lui qui n’a aucun compte à rendre à TF1 et qui avait déjà fait partie de l’éphémère aventure de la F1 sur feue La Cinq. Gageons que Canal+ aura l’intelligence de refuser de le mettre à nouveau à l’antenne.

La F1 sur Canal+, c’est la perspective de reportages décalés et d’une liberté de ton qui n’avait pas droit de citer sur la Une. De là à imaginer Kimi Räikkonen ou Sebastian Vettel invités du Grand Journal, il n’y a d’ailleurs qu’un pas. Pourvu aussi que la chaîne s’inspire de ce qui se fait actuellement en Angleterre et en Allemagne, plutôt que de prendre comme base de départ ce qui était lamentablement pratiqué par TF1.

Premium vs Streaming

Un autre phénomène risque de venir se frotter de plein front à cette nouvelle offre payante, celui du « live streaming » sur Internet, à la fois gratuit et simple d’accès, mais bafouant lesdits droits sportifs. Cette pratique, qui consiste à regarder en direct le flux vidéo d’une chaine étrangère, est déjà très populaire en France auprès des amateurs de football européen ou de NBA. Elle pourrait bien dorénavant gagner les amateurs de F1 ne souhaitant pas se ruiner pour vivre en direct leur passion. Histoire à suivre…

Que TF1 ne soit plus autorisée à diffuser les Grand prix est une immense satisfaction, après tant d’années à avoir souillé la discipline. L’avenir nous montrera si le choix de Canal+(et/ou D8) sera une réussite ou non. Sur le papier, cela reste néanmoins le « moins pire » que nous pouvions espérer.

Selon moi, le passage de la F1 de TF1 à Canal Plus est a priori une très bonne chose pour le sport, son image et sa mise en valeur, une moins bonne pour son exposition et surtout pour ses fans les moins fortunés.

À lire absolument…

© photo : John O’Nolan

Journaliste high-tech, automobile et rock n’ roll.
Actuellement rédacteur au sein du fil France de l’agence de presse Relaxnews.

Si vous aimez cet article, partagez-le…
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn