« She’s a cornchucker, a real buttfucker »

Il y a de cela quelques semaines, j’ai dévoré avec grand appétit la biographie (non autorisée) Guns n’ Roses : une saga américaine de Stephen Davis, une œuvre remarquable sur le parcours exceptionnel du « groupe le plus dangereux du monde », sur cinq paumés devenus stars, sur un quotidien longtemps rempli de dope et de filles faciles. Au sommaire, on y découvre tout sur le trauma et la folie d’Axl Rose, la mort (!) de Slash, l’opération de la dernière chance de Duff McKagan, l’AVC de Steven Adler et les activités de dealer d’Izzy Stradlin. Et puis, on y découvre aussi quelques anecdotes bien crasses dont celle concernant le titre inédit Cornchucker. Une vraie porn song.

Corchucker donc (aussi parfois orthographié Cornshucker), présent sur de nombreux bootlegs dédiées aux Guns n’ Roses, est un ancien titre du groupe de métal de Seattle The Mentors exhumé et adapté par Duff McKagan. Pour faire simple, il y est question d’une jeune femme particulièrement généreuse, sexuellement parlant, en des termes extrêmement crus.

Cornchucker a été enregistré à l’automne 1988 en même temps que Patience, You’re Crazy et les sulfureux Used to Love Her et One in a Million que l’on peut entendre sur l’album Lies. Sans surprise, Cornchucker n’a pas été retenu pour y figurer. Plus étonnant, la chanson n’aurait été ensuite jouée en public qu’une seule fois.

Cornchucker pourrait être une énième chanson misogyne de beuverie, mais elle bénéficie ici d’atouts artistiques indéniables, dont une mélodie qui fait mouche ! Ami(e)s de la poésie et du rock n’ roll, écoutez Cornchucker :

J’y ajoute cette vidéo, récente, de Duff McKagan, alors en concert avec son groupe Loaded et qui reprend, décontracté du gland, Cornchucker. Have fun !

À lire absolument…

© photo : Sarah Scicluna

Journaliste high-tech, automobile et rock n’ roll.
Actuellement rédacteur au sein du fil France de l’agence de presse Relaxnews.